SAISON ARTISTIQUE

favorite_border
Les soirées Girls Don’t Cry Party mettent en lumière des artistes femmes, transgenres et non-binaires et proposent une programmation électronique pointue, dans des lieux atypiques. La programmation choisie entend redonner aux musiques électroniques leur dimension politique, leur pouvoir de lutte et de transgression.

Girls Don’t Cry Party #14 x Hyperlink

》OBSEQUEEN
Avec une obsession pour la beauté pervertie, Obsequeen se situe à l’intersection entre intimité et intimidation. Des voix éthérées résonnent à travers le silence en attendant le déchaînement de beats diffus, tandis que la douceur du piano tente de trouver une issue à la masse de bruit tourbillonnante. Décrit comme une ode à l’amour et la dualité, son premier EP “organn” est sorti sur Knives, petite sœur du légendaire label de musique électronique Planet Mu.
》FETVA
DJ et productrice basée à Paris. Ses sets sensibles et émotionnels sillonnent tous les styles musicaux. Fetva est aussi la fondatrice du label High Heal.
》FANNY
Dotée d’un esprit ouvert vers les musiques électroniques dans toutes leurs formes,
notamment les plus aventureuses, Fanny a écumé les clubs et groupes d’échanges
numériques avant de lancer en 2020 son propre label, Hyperlink, tourné vers l’avenir des
cultures club. Très logiquement et après plusieurs années d’activisme et de digging intensif, Fanny s’est tournée vers le djing. Son univers cristallin, affolé par des ruptures provenant de tout horizon, enchaîne rythmiques angulaires et mélodies organiques, breaks décomposés, textures abrasives et atmosphères ambiguës.
》Mercredi 9 juin 2022
》19h – 23h
》Chapelle des Carmélites
1 Rue du Périgord 31000 Toulouse
》Accès : Métro A Capitole / Métro B Jeanne d’Arc
》8€ adhérent·e·s / 10€ prévente / 12€ sur place

MANIFESTE

favorite_border
Les soirées Girls Don’t Cry Party proposent une expérience immersive et militante transdisciplinaire. A travers ces fêtes féministes intersectionnelles, nous interrogeons les normes sociales et les rapports de domination.
A la fois pop et alternatives, elles explorent les formes artistiques émergentes. Nous conservons les musiques électroniques au cœur de notre projet tout en laissant place à des esthétiques plurielles. Nous nous attachons à réinventer une culture club expérimentale et inclusive, à renverser les inégalités de genre sur la scène et sur le dancefloor.
Véritable invitation à l’émancipation et à l’empowerment, les soirées sont conçues comme un espace safe et bienveillant qui garantit la liberté de chacune et de chacun de s’affirmer dans ses identités multiples. Il s’agit pour nous de redonner aux musiques leur pouvoir historique de lutte et de transgression.
Nous voulons produire des lieux de rencontres, permettre la transmission de savoirs et le partage d’expériences, encourager la créativité, éveiller la curiosité et mettre en avant des pratiques artistiques audacieuses. Expositions, ateliers, projections, concerts, installations… le public est invité à se laisser surprendre par ce format hybride et mouvant.
Depuis bientôt 15 ans, La Petite valorise la création artistique et promeut l’égalité entre les femmes et les hommes sur le territoire toulousain. Les soirées Girls Don’t Cry Party s’inscrivent dans notre projet culturel et social unique.

SOUVENIRS

favorite_border
Menu